Fanspot
Appartement de Léon

Film Léon Luc Besson (1994)
Tueur à gages le plus célèbre du cinéma français, Léon vit dans un appartement de Manhattan, à deux blocs de Central Park et de la 5th Avenue. Un personnage esquissé par Luc Besson dans Nikita, devenant le pivot d'une aventure new-yorkaise aussi violente que touchante...
71 E 97th St New York
71 E 97th St New York - Crédit photo : Fantrippers

– Tu l’aimes ta plante hein ?

– C’est ma meilleure amie. Toujours de bonne humeur, jamais de questions. Et puis, elle est comme moi tu vois, pas de racines.

Mathilda Lando (Natalie Portman) et Léon (Jean Reno)

Si c’est bien l’immeuble du 71 East 97th Street, à l’angle de Park Avenue que Luc Besson a exploité pour représenter l’extérieur du building dans lequel vit Léon, les intérieurs furent tournés dans le mythique Chelsea Hotel. De quoi conférer au film un cachet particulier, le Chelsea étant l’un des établissements les plus mythiques de New York. Ici, où sont venus tour à tour se réfugier les poètes, réalisateurs, artistes, acteurs et rock stars, de Jack Kerouac à Janis Joplin, en passant par Simone de Beauvoir et Leonard Cohen. Le musicien canadien ayant même rendu hommage au lieu dans Chelsea Hotel #2, l’une de ses chansons les plus célèbres, dans laquelle il relate sa rencontre avec Janis Joplin…

Le plus new-yorkais des films français, Léon a ainsi exploité plusieurs lieux de la ville, même si beaucoup de séquences se déroulant à l’intérieur ont été tournées aux studios Éclair d’Épinay-sur-Seine. Léon où Natalie Portman, alors âgée de 12 ans, fait ses grands débuts au cinéma. Et tant pis pour Liv Tyler, que Besson avait en tête au moment de l’écriture du script. Les parents de Natalie Portman n’étaient pourtant pas particulièrement ravis par la nature du rôle de leur fille, la jeune comédienne interprétant Mathilda, une enfant maltraitée amenée à se réfugier chez ce mystérieux locataire aux petites lunettes rondes. Un homme de peu de mots campé par Jean Reno, un proche de Luc Besson déjà en tête d’affiche du Dernier Combat, le premier film du cinéaste. Racontant comment un tueur à gages se retrouve à devoir défendre une gamine contre de redoutables gangsters emmenés par Gary Oldman, Léon, l’un des plus grands succès de Luc Besson, a d’ailleurs, de l’aveu même de ce dernier, été principalement inspiré par New York.

Un autre détail a pesé lorsque vint le moment de choisir la ville dans laquelle son tueur allait évoluer. “On ne pouvait pas tourner Léon à Paris car en France, dans chaque immeuble, vous avez un concierge. Et un concierge sait tout ce qui se passe et est de mèche avec la police”, se souvenait Luc Besson dans les pages du magazine Stumped, justifiant ainsi son choix. Léon est d’ailleurs son premier long-métrage à se dérouler aux États-Unis et reste à ce jour l’un de ses plus appréciés par les Américains. Malgré les années, le quartier de Léon à New York, et en particulier l’immeuble du 71 East 97th Street, est toujours très reconnaissable. À tel point qu’on s’attendrait presque à voir le tueur au grand cœur sortir pour se diriger vers l’épicerie, désormais fermée, située à l’angle. Le quartier a retrouvé son calme depuis ce jour de tournage, où, devant la profusion de figurants déguisés en policiers, un véritable braqueur décida de se livrer à l’un d’eux.

26

La version director’s cut de Léon compte 26 minutes de plus et culmine donc à 136 minutes.

Appartement du film Léon
Appartement du film Léon. Tous droits réservés : Les Films du Dauphin/Gaumont

71 E 97th St

Immortalisé par la caméra de Luc Besson, cet immeuble situé au 71 E 97th St est l’une des célébrités du quartier de Carnegie Hill…

Construit en 1920, ce building compte six étages et comprend vingt-cinq appartements. Typique de Manhattan, reconnaissa... En savoir plus sur 71 E 97th St

Y aller

Le conseil d'achat Fantrippers

Fanspots Stories New York

Fanspots Stories New York

Découvrez les secrets des lieux cultes des plus grands chefs d’œuvre de la pop culture à New York !

Capitale mondiale de la pop culture, New York incarne une liberté de création débridée. La ville qui ne dort jamais a été la muse d’un grand nombre de réalisateurs, acteurs, scénaristes, chanteurs, musiciens, dessinateurs et écrivains…

Beaucoup ont transmis leur fascination pour la cité auprès du grand public et rendu mondialement célèbres quelques uns de ses lieux, les faisant passer dans la légende de la pop culture. Ce sont les secrets de cent d’entre eux que révèle ce premier volume de la collection Fanspots Stories.

Le saviez-vous ?
Savez-vous que le tournage du clip du titre Sleep Now in the Fire de Rage Against The Machine a provoqué l’arrêt de Wall Street pour la première fois depuis 1929 ; qu’Alfred Hitchcock a tourné des scènes de La Mort aux trousses en caméra cachée à l’ONU ; que David Schwimmer, l’interprète de Ross, ne savait pas où se trouvait l’immeuble de Friends avant de se retrouver par hasard dans le restaurant du rez-de-chaussée ; que John Carpenter fut le premier réalisateur que la ville autorisa à tourner au pied de la statue de la Liberté pour New York 1997 ; que Michael Jackson a tourné deux fois dans le même station de métro de Brooklyn ; ou encore que la photo sur la pochette des Ramones fut prise à côté du CBGB, où ils firent leurs débuts ?

Fanspots Stories New York, c’est aussi
La caserne de SOS Fantômes, le célèbre pont d’Il était une fois en Amérique, le Katz’s Delicatessen de Quand Harry rencontre Sally, l’immeuble de Friends, l’appartement de Carrie Bradshaw dans Sex and the City, le Daily Planet de Superman, la bouche de métro de Marilyn Monroe, le Chelsea Hotel de Leonard Cohen, la station de métro du mythique clip Bad de Michael Jackson, l’Albert’s garden des Ramones, la Paul’s Boutique des Beastie Boys, l’immeuble de Physical Graffiti de Led Zeppelin, la tour où DJ Kool Herc a créé le hip-hop, le Baxter Building des Quatre Fantastiques, le Daily Bugle de Spider-Man, le Plaza de Gatsby le magnifique, le Brooklyn Bridge de la Trilogie new-yorkaise de Paul Auster, le Birdland évoqué par Jack Kerouac dans Sur la Route…

Réalisé par une équipe de spécialistes de la pop culture et agrémenté par de nombreuses anecdotes, Fanspots Stories New York raconte bien plus qu’une histoire : il s’agit de quelques-unes des histoires les plus fascinantes de la pop culture.

Fanspot Stories New York
100 lieux cultes pop
un concept unique et inédit
224 pages de plaisir
un beau livre grand format 24 x 30, dos rond tranchefil

L'avis de Fantrippers
Qualité du contenu

Intérêt pour les fans

Rapport qualité/prix

Découvrez tous les lieux de Léon sur notre carte


Facebook Twitter Instagram

Par Gilles Rolland

jeudi 9 décembre 2021

Passionné de cinéma, de rock and roll, de séries TV et de littérature. Rédacteur de presse et auteur des livres Le Heavy Metal au cinéma, Paroles de fans Guns N' Roses, Paroles de fans Rammstein et Welcome to my Jungle : 100 albums rock et autres anecdotes dépareillées. Adore également voyager à la recherche des lieux les plus emblématiques de la pop culture.

Discutons de ce fanspot

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires