Chargement en cours...
Article

Quand Steven Spielberg tournait Indiana Jones à La Rochelle

0

Indiana Jones poursuivi par Bellocq dans la base sous-marine du Caire, tous les amateurs du célèbre archéologue s’en souviennent. Pourtant, cette scène des Aventuriers de l’Arche perdue ne fut pas tournée en Egypte mais à La Rochelle (Charente-Maritime).

Le 23 juin 1980, Steven Spielberg et ses équipes de tournage posèrent leurs caméras dans la base sous-marine de La Rochelle. Celle-ci était alors sous les feux des projecteurs puisque quelques mois auparavant, Wolfgang Petersen y tourna les séquences du début et de fin de son film Das Boot se déroulant en 1941. Le réalisateur allemand utilisa l’intérieur et les extérieurs environnant pour ses scènes, notamment le passage très étroit en face de l’écluse.

Ami de Spielberg, Petersen lui parla de ce lieu qui était resté identique à sa construction. Cette base sous-marine fut édifiée entre 1941 et 1943 par l’Organisation Todt, une société allemande. Elle faisait partie du célèbre Mur de l’Atlantique que les Allemands ont construit durant la Seconde guerre mondiale afin de protéger les côtes. Ce bunker, appelée alors base sous-marine de La Pallice, du nom du quartier de la ville où elle se trouve, abritait les sous-marins (U-boots) de la Kriegsmarine. Elle pouvait en accueillir jusqu’à six.

Après la guerre, le site est devenu propriété de la marine nationale française. Le fait qu’il ait très peu évolué constituait en 1980 une véritable aubaine pour les deux réalisateurs. Mieux, le cinéaste allemand laissa la réplique du sous-marin de type VIIC qu’il utilisa dans son long-métrage à son successeur. L’oeil avisé des cinéphiles ne relèveront qu’une petite modification de couleur entre les deux films. Pour ressembler le plus possible à une grotte égyptienne, les murs des lieux furent recouverts de faux stucs.

Mais Indiana Jones eu au moment du tournage une petite emprise sur la ville. Car en plus de la base sous-marine, les habitants de La Rochelle furent mis à contribution. Par l’entremise du journal Sud-Ouest, une cinquantaine de figurants de la cité maritime furent embauchés. L’annonce précisait ainsi : "Cherchons figurants pour une production anglo-américaine. Du 23 au 27 juin. Quarante hommes blonds, cheveux courts, 20–35 ans, pour le rôle de soldats nazis ; quinze hommes de race noire ou de type nord-africain… pour jouer les membres de l’équipage d’un cargo." Se présentent notamment des chômeurs, des zonards et même des dockers.

Pour le cargo Bantu Wind, qui croisa un peu plus au large du Pertuis d’Antioche pour les scènes du film, la production dénicha à Newhaven (Irlande) un navire égyptien, le Abeer Delta. Il fallait trouver un bateau à vapeur de style année 30-40 mais aucun ne se trouvait alors à La Rochelle, d’où cette solution de rechange. Arrivé au port de la Palice, il fut alors redécoré.

Les quatre jours de tournage dans la cité de Nouvelle-Aquitaine furent vraiment gardés secrets. Un vrai diktat de la part de Spielberg, virant parfois à un climat de paranoïa. C’est seulement lors de l’avant-première du film au cinéma Dragon que les habitants reconnurent une partie de leur ville.

Malheureusement pour les amateurs de la saga Indiana Jones, il n’est pas possible de se rendre sur les lieux du tournage dans la base sous-marine. Propriété de la Chambre de commerce et d’industrie de La Rochelle, elle est interdite aux visiteurs parce que jugée dangereuse. Elle a été inscrite dans le secteur interdit du port autonome et demeure aujourd’hui presque aussi inaccessible que l’une des quêtes du célèbre archéologue. Cependant, vous pouvez toujours vous promener à La Rochelle en arborant fièrement le couvre-chef d'Indy.