Fanspot
The Pond

Roman L'Attrape-cœurs J. D. Salinger (1951)
Source d'inspiration pour de très nombreux artistes, L'Attrape-Cœurs est l'un des romans les plus importants de la littérature américaine. Un livre dont l'action se déroule en partie à New York et notamment à Central Park, au bord de The Pond, par lequel le héros, Holden Caulfield, transite...

« Je me demandais où allaient les canards quand le bassin était tout gelé, tout couvert de glace. Je me demandais tout à coup si un type venait avec un camion et les emmenait au zoo ou je ne sais quoi. Ou s’ils s’envolaient tout simplement. »

Holden Caulfield

Parfois décrit comme la chronique d’un désastre annoncé, L’Attrape-Cœurs relate les aventures d’un adolescent renvoyé de son lycée, livré à lui-même dans l’immensité de New York. Ce roman initiatique a véritablement marqué au fer rouge l’inconscient collectif et toujours étudié dans plusieurs écoles en Amérique du Nord. Depuis sa publication, l’œuvre s’est écoulée à 65 millions d’exemplaires. Aujourd’hui encore, il s’en vend 250 000 chaque année.

Aventure largement autobiographique, écrite par un Jerome David Salinger déjà auteur de plusieurs nouvelles publiées dans le New Yorker, L’Attrape-Cœurs retranscrit des angoisses mais aussi des espérances partagées par des millions de lecteurs touchés par le sort du personnage principal, Holden Caulfield. Une version à peine romancée de l’auteur, bien que celui-ci ne l’ait jamais clairement avoué, malgré les similitudes évidentes.

Mais Jerome David Salinger a toujours entretenu un rapport complexe avec son livre le plus célèbre. Le succès aussi soudain qu’inattendu l’incita même à quitter New York, sa ville natale, pour la tranquillité d’une bourgade du New Hampshire. Il refusera également jusqu’à sa mort en 2010 que L’Attrape-Cœurs soit porté à l’écran. Ceci n’ayant pas empêché plusieurs réalisateurs de s’en inspirer, de même que des groupes de musique comme Green Day, avec le morceau Who Wrote Holden Caulfield, des scénaristes, avec l’anime Ghost in the Shell : Stand Alone Complexe ou des acteurs comme Sean Connery, dont le personnage dans À la rencontre de Forrester renvoie à l’écrivain…

Né à Manhattan le premier jour de l’année 1919, au lendemain de la Première Guerre mondiale, Jerome David Salinger se nourrit pendant son enfance de cette ville en mouvement incessant. Rien d’étonnant à ce qu’il ait souhaité y situer son roman, exploitant sa connaissance des lieux et s’attachant à des détails conférant tout leur sel aux pérégrinations d’Holden Caulfield. Des détails comme les canards de The Pond à Central Park. Le jeune homme se demandant ce qu’il advient d’eux une fois l’hiver venu. Une question probablement dans l’esprit des fans du livre lors de leur visite à ce joli plan d’eau situé au sud-est du parc, les canards n’étant pas les seuls à le fréquenter assidûment. Car The Pond se pose comme une étape incontournable pour 240 espèces d’oiseaux migrateurs.

On y vient également pour admirer la vue, au moment du coucher du soleil en particulier, en toute saison. Les buildings se dessinent au-dessus de la cime des arbres, comme les gardiens d’une nature abondante et généreuse. Un panorama particulièrement exceptionnel depuis le Gapstow Bridge, un petit pont en pierre construit en 1896 que l’on croirait sorti d’un conte de fées.

3

Le roman est très critiqué aux États-Unis à cause des thèmes abordés (prostitution, décrochage scolaire…) mais également pour avoir servi de livre de chevet à trois individus peu recommandables, Mark David Chapman, le meurtrier de John Lennon, John Warnock Hinckley Jr., arrêté pour avoir tenter de tuer le président Ronald Reagan et Robert John Bardo, l’assassin de l’actrice Rebecca Schaeffer.

The Pond

Situé en plein cœur de Central Park, The Pond est entouré de pelouses idéal pour pique-niquer ou bronzer entre paysages naturels et urbains.

Peuplé de nombreux canards, bihoreaux ou aigrettes, le plan d’eau en forme de U est un véritable havre de paix, pourtant situé tout près de la fourmillante Cinquième Avenue.

L’été, l’endroit est propice au bronzage et a la farniente, tandis que l’automne, les arbres environnants se parent de leurs plus belles couleurs, offrant ainsi aux visiteurs et autres curieux un spectacle des plus sensationnels.

Y aller

Le conseil d'achat Fantrippers

Fanspots Stories New York

Fanspots Stories New York

Découvrez les secrets des lieux cultes des plus grands chefs d’œuvre de la pop culture à New York !

Capitale mondiale de la pop culture, New York incarne une liberté de création débridée. La ville qui ne dort jamais a été la muse d’un grand nombre de réalisateurs, acteurs, scénaristes, chanteurs, musiciens, dessinateurs et écrivains…

Beaucoup ont transmis leur fascination pour la cité auprès du grand public et rendu mondialement célèbres quelques uns de ses lieux, les faisant passer dans la légende de la pop culture. Ce sont les secrets de cent d’entre eux que révèle ce premier volume de la collection Fanspots Stories.

Le saviez-vous ?
Savez-vous que le tournage du clip du titre Sleep Now in the Fire de Rage Against The Machine a provoqué l’arrêt de Wall Street pour la première fois depuis 1929 ; qu’Alfred Hitchcock a tourné des scènes de La Mort aux trousses en caméra cachée à l’ONU ; que David Schwimmer, l’interprète de Ross, ne savait pas où se trouvait l’immeuble de Friends avant de se retrouver par hasard dans le restaurant du rez-de-chaussée ; que John Carpenter fut le premier réalisateur que la ville autorisa à tourner au pied de la statue de la Liberté pour New York 1997 ; que Michael Jackson a tourné deux fois dans le même station de métro de Brooklyn ; ou encore que la photo sur la pochette des Ramones fut prise à côté du CBGB, où ils firent leurs débuts ?

Fanspots Stories New York, c’est aussi
La caserne de SOS Fantômes, le célèbre pont d’Il était une fois en Amérique, le Katz’s Delicatessen de Quand Harry rencontre Sally, l’immeuble de Friends, l’appartement de Carrie Bradshaw dans Sex and the City, le Daily Planet de Superman, la bouche de métro de Marilyn Monroe, le Chelsea Hotel de Leonard Cohen, la station de métro du mythique clip Bad de Michael Jackson, l’Albert’s garden des Ramones, la Paul’s Boutique des Beastie Boys, l’immeuble de Physical Graffiti de Led Zeppelin, la tour où DJ Kool Herc a créé le hip-hop, le Baxter Building des Quatre Fantastiques, le Daily Bugle de Spider-Man, le Plaza de Gatsby le magnifique, le Brooklyn Bridge de la Trilogie new-yorkaise de Paul Auster, le Birdland évoqué par Jack Kerouac dans Sur la Route…

Réalisé par une équipe de spécialistes de la pop culture et agrémenté par de nombreuses anecdotes, Fanspots Stories New York raconte bien plus qu’une histoire : il s’agit de quelques-unes des histoires les plus fascinantes de la pop culture.

Fanspot Stories New York
100 lieux cultes pop
un concept unique et inédit
224 pages de plaisir
un beau livre grand format 24 x 30, dos rond tranchefil

L'avis de Fantrippers
Qualité du contenu

Intérêt pour les fans

Rapport qualité/prix

Découvrez tous les lieux de L'Attrape-cœurs sur notre carte


Facebook Twitter Instagram

Par Gilles Rolland

vendredi 24 septembre 2021

Passionné de cinéma, de rock and roll, de séries TV et de littérature. Rédacteur de presse et auteur des livres Le Heavy Metal au cinéma, Paroles de fans Guns N' Roses, Paroles de fans Rammstein et Welcome to my Jungle : 100 albums rock et autres anecdotes dépareillées. Adore également voyager à la recherche des lieux les plus emblématiques de la pop culture.

Discutons de ce fanspot

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires