Fanspot
62 Street Station

Saga French Connection
Film French Connection William Friedkin (1971)
Tourné entre la France et les États-Unis, French Connection reste populaire pour son étonnante course-poursuite dans les rues de New York. Un véritable morceau de bravoure orchestré de main de maître par un William Friedkin visionnaire dont le travail a contribué à chambouler les codes...
62th Street Station New York
62th Street Station New York - Crédit photo : Fantrippers

« Nous n’avons jamais scénarisé la course-poursuite de French Connection, je ne l’ai jamais storyboardée. Je l’ai simplement expliquée oralement aux acteurs, aux techniciens et aux cascadeurs, plan par plan : j’avais tout dans la tête. »

William Friedkin

Tout a commencé avec le roman French Connection de Robin Moore. Publié en 1969 aux États-Unis, le livre se focalise sur l’enquête de deux policiers new-yorkais concernant le trafic de drogue en provenance de Marseille. Le récit s’inspire de véritables événements survenus des deux côtés de l’Atlantique, que les médias n’ont pas tardé à rassembler sous l’appellation « French Connection ». William Friedkin s’empare alors de l’ouvrage pour réaliser ce que beaucoup considérèrent par la suite comme son premier chef-d’œuvre.

Soucieux de rester réaliste, le cinéaste adopte un style de mise en scène proche du documentaire, caméra à l’épaule, avec lumières naturelles, dans les lieux directement concernés. Les rôles confiés aux acteurs s’inspirent directement des véritables protagonistes de la French Connection…

Alors qu’il voit Paul Newman, James Caan, Charles Bronson ou encore Steve McQueen pour camper le personnage central, à savoir Popeye Doyle, William Friedkin, tout d’abord réticent, donne sa chance à Gene Hackman. « Nous l’avons rencontré un vendredi, lors d’un déjeuner (…). Il semblait n’avoir aucun humour. Je me suis presque endormi…« , se souvenait le réalisateur dans son autobiographie.

Pourtant, l’alchimie prend et toute l’équipe finit par investir les rues de New York pour tourner ce que l’histoire retiendra comme l’une des plus grandes courses-poursuites automobiles du septième art. La scène avait été soufflée au réalisateur par son ami Howard Hawks. Retenant l’idée, il l’avait entièrement conçue avec son producteur Philip D’Antoni, le temps d’une promenade sur Park Avenue, direction le sud…

Désireux d’exploiter pour cette séquence une ligne de métro aérien, William Friedkin obtient l’autorisation d’utiliser un tronçon de la ligne de Stillwell Avenue, reliant Bay Fiftieth à la 62th Street à Brooklyn. Trente-cinq jours de tournage sont nécessaires. Le cascadeur Bill Hickman est au volant. Pour les gros plans, les réactions de Gene Hackman sont de leur côté filmées séparément. Tandis que l’acteur conduit, le réalisateur lui hurle des instructions dans un talkie-walkie, à la fois pour lui permettre de s’adapter, mais surtout pour le surprendre afin de gagner en réalisme.

Durant tout le processus, plusieurs accidents se produisent, sans gravité, forçant les techniciens à sans cesse bricoler la Pontiac. La voiture est ainsi endommagée lorsque Popeye arrive au-dessous de la 62th Street Station où la course-poursuite s’achève par la fusillade avec le truand Pierre Nicoli (Marcel Bozzuffi), abattu en haut des marches.

Composée de cinq cascades successives, cette poursuite à hauts risques, vue par Friedkin comme une métaphore de l’obsession de Popeye, a contribué à la popularité du film. Le cinéaste par la suite, ne se reposa pas sur ses lauriers et enchaîna avec L’Exorciste, écrivant là encore une page déterminante de son histoire… et de la nôtre.

5

C’est le nombre d’Oscar que French Connection récolta en 1972, dont ceux du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur acteur pour Gene Hackman.

62 St

Inaugurée en juin 1916, la station de métro 62 St se situe sur une voie en premier lieu destinée à rallier Coney Island. Elle fut rénovée d’octobre 2010 à mai 2012.

Y aller

Le conseil d'achat Fantrippers

Fanspots Stories New York

Fanspots Stories New York

Découvrez les secrets des lieux cultes des plus grands chefs d’œuvre de la pop culture à New York !

Capitale mondiale de la pop culture, New York incarne une liberté de création débridée. La ville qui ne dort jamais a été la muse d’un grand nombre de réalisateurs, acteurs, scénaristes, chanteurs, musiciens, dessinateurs et écrivains…

Beaucoup ont transmis leur fascination pour la cité auprès du grand public et rendu mondialement célèbres quelques uns de ses lieux, les faisant passer dans la légende de la pop culture. Ce sont les secrets de cent d’entre eux que révèle ce premier volume de la collection Fanspots Stories.

Le saviez-vous ?
Savez-vous que le tournage du clip du titre Sleep Now in the Fire de Rage Against The Machine a provoqué l’arrêt de Wall Street pour la première fois depuis 1929 ; qu’Alfred Hitchcock a tourné des scènes de La Mort aux trousses en caméra cachée à l’ONU ; que David Schwimmer, l’interprète de Ross, ne savait pas où se trouvait l’immeuble de Friends avant de se retrouver par hasard dans le restaurant du rez-de-chaussée ; que John Carpenter fut le premier réalisateur que la ville autorisa à tourner au pied de la statue de la Liberté pour New York 1997 ; que Michael Jackson a tourné deux fois dans le même station de métro de Brooklyn ; ou encore que la photo sur la pochette des Ramones fut prise à côté du CBGB, où ils firent leurs débuts ?

Fanspots Stories New York, c’est aussi
La caserne de SOS Fantômes, le célèbre pont d’Il était une fois en Amérique, le Katz’s Delicatessen de Quand Harry rencontre Sally, l’immeuble de Friends, l’appartement de Carrie Bradshaw dans Sex and the City, le Daily Planet de Superman, la bouche de métro de Marilyn Monroe, le Chelsea Hotel de Leonard Cohen, la station de métro du mythique clip Bad de Michael Jackson, l’Albert’s garden des Ramones, la Paul’s Boutique des Beastie Boys, l’immeuble de Physical Graffiti de Led Zeppelin, la tour où DJ Kool Herc a créé le hip-hop, le Baxter Building des Quatre Fantastiques, le Daily Bugle de Spider-Man, le Plaza de Gatsby le magnifique, le Brooklyn Bridge de la Trilogie new-yorkaise de Paul Auster, le Birdland évoqué par Jack Kerouac dans Sur la Route…

Réalisé par une équipe de spécialistes de la pop culture et agrémenté par de nombreuses anecdotes, Fanspots Stories New York raconte bien plus qu’une histoire : il s’agit de quelques-unes des histoires les plus fascinantes de la pop culture.

Fanspot Stories New York
100 lieux cultes pop
un concept unique et inédit
224 pages de plaisir
un beau livre grand format 24 x 30, dos rond tranchefil

L'avis de Fantrippers
Qualité du contenu

Intérêt pour les fans

Rapport qualité/prix

Découvrez tous les lieux de French Connection sur notre carte


Facebook Twitter Instagram

Par Gilles Rolland

vendredi 3 décembre 2021

Passionné de cinéma, de rock and roll, de séries TV et de littérature. Rédacteur de presse et auteur des livres Le Heavy Metal au cinéma, Paroles de fans Guns N' Roses, Paroles de fans Rammstein et Welcome to my Jungle : 100 albums rock et autres anecdotes dépareillées. Adore également voyager à la recherche des lieux les plus emblématiques de la pop culture.

Discutons de ce fanspot

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires