Article
Dix lieux de tournage incontournables de films sur la Première guerre mondiale

Film

Les sentiers de la gloire (Stanley Kubrik, 1957)

Château de Schleissheim

Oberschleißheim 85764 Oberschleißheim, Allemagne

Une grande partie de film de Stanley Kubrik fut tourné dans ce très bel édifice de Haute-Bavière dont la construction débuta en 1616. Le long métrage se fonde sur des événements historiques s’étant déroulés pendant la Première guerre mondiale, notamment l’affaire des caporaux de Souain où Réveillac, général, fit tirer sur ses propres hommes parce qu’ils ne voulaient plus sortir de leurs tranchées. Les sentiers de la gloire obtint le prix Chevalier de la Barre lors du Festival de Cannes et influença de nombreux autres réalisateurs, notamment Jean-Pierre Jeunet pour Un long dimanche de fiançailles ou Christian Carion pour Joyeux Noël.

Un long dimanche de fiançailles (Jean-Pierre Jeunet, 2004)

Musée d’Orsay

1 Rue de la Légion d’Honneur, 75007 Paris

Afin d’obtenir des informations supplémentaires concernant la disparition de Manech (Gaspard Ulliel), Mathilde téléphone à la sœur de Günther (Elina Löwensohn), l’Allemand tué dans les tranchées, depuis la gare d’Orsay. Celle-ci abrite aujourd’hui un musée consacré à l’art occidental de 1848 à 1914. L’équipe de tournage a pu s’y installer un jour où l’établissement était fermé au public. Dans la réalité, la gare d’Orsay n’a jamais accueilli de trains à vapeur aussi imposants que ceux visibles dans le film, mais seulement de petits pour transiter vers la gare d’Austerlitz.

La grande illusion (Jean Renoir, 1937)

Caserne Quartier Walter à Colmar

2 rue des Belges, 68000 Colmar

En plus de Neuf-Brisach ou du Château du Haut-Koenigsbourg, des scènes extérieures du film ont été tournées dans ce lieu abritant le 152e régiment d’infanterie. Surnommé « le régiment des Diables rouges » par les Allemands en 1915, il fut fondé en 1794. Jean Renoir a eu énormément de mal à financer son long métrage. Il trouva une producteur grâce à Jean Gabin, le lieutenant Maréchal dans le film. Joseph Goebbels, ministre de la Propagande du IIIe Reich, le censura et chercha à détruire toutes ses copies. La grande illusion fut donc interdit en Allemagne mais également en France à partir du 1er octobre 1940, notamment en raison de son esprit pacifique et de sa volonté de fraternisation entre les peuples. Heureusement, des copies ont été sauvées. Un immense chance pour le cinéma.

A l’ouest rien de nouveau (Lewis Milestone, 1930)

Malibu Lake

Californie 91301, états-Unis

Oscar du meilleur film et du meilleur réalisateur en 1930, A l’ouest rien de nouveau fut en partie tourné dans les studios Universal et dans le RKO Pathé Studio tous les deux situés en Californie. Dans cet état de l’Ouest des Etats-Unis, d’autres scènes furent filmées dans la Sherwood Forest, dans le Irvine Ranch à Laguna Beach, à Balboa à Newport Beach ainsi qu’au Lac Malibu. Ce parc artificiel fut créé en 1922 lors de la construction d’un barrage. Comme La grande illusion, le long métrage fut interdit en Allemagne une semaine après sa sortie, le 11 décembre 1930 par le Film-Oberprüfstelle, le comité de censure dirigé par Goebbels.

La grande guerre (Mario Monicelli, 1959)

Forte di Landro

39034 Dobbiaco, Bolzano, Italie

Construit en 1880 pour protéger l’empire austro-hongrois, le Fort di Landro fut le décor du film La grande guerre, racontant la vie de Oreste (Alberto Sordi) et Giovanni (Vittorio Gassman), deux soldats, sur le front italo-autrichien. La forteresse servit d’hôpital militaire dans le film Adieu aux armes réalisé par Charles Vidor. La croix rouge peinte à cette occasion sur sa façade est toujours visible aujourd’hui. Le long métrage de Mario Monicelli fut récompensé par le Lion d’or de la Mostra de Venise en 1959.

Au-revoir là-haut (Albert Dupontel, 2017)

Hôtel Fortuny

9 rue Fortuny, 75017 Paris

Parmi les rares lieux de tournages parisiens de ce long métrage se trouve l’hôtel Fortuny, principalement utilisé pour les scènes d’intérieur. Construit en 1891, ce bâtiment a d’abord servi de lieu d’habitation, puis d’école de haute couture et d’esthétique et enfin de lieu de tournage pour la société de production d’Albert Dupontel. Outre Au revoir là haut, il y a également tourné 9 mois ferme. Au-revoir là-haut est une adaptation du roman éponyme de Pierre Lemaître, prix Goncourt en 2013. Le réalisateur rencontra par deux fois ce dernier pour discuter ensemble du dénouement du récit après avoir écrit 13 versions de scénario pour son film.

Capitaine Conan (Bertrand Tavernier, 1996)

Carul Cu Bere

Strada Stavropoleos 5, București 030081, Roumanie

Adaptation du roman éponyme de Roger Vercel, Capitaine Conan suit les pas de cet officier dont le rôle fut tenu par Philippe Torreton sur le front des Balkans. L’une des scènes du film fut tournée dans ce bar-restaurant du quartier de Lipscani à Bucarest. De style néogothique, il fut réalisé sur les plans de Siegfried Kofczinsky en 1899. C’est l’intérieur Art déco qui servit de décor au long métrage de Bertrand Tavernier. Prix Méliès l’année de sa sortie, il fut aussi récompensé par deux César, celui de meilleur réalisateur et de meilleur acteur.

Les Gardiennes (Xavier Beauvois, 2017)

Gare de Verneuil-sur-Vienne

Joyeux Noël (Christian Carrion, 2005)

Château de Brias

Rue du château, 62130 Brias

Ce très beau château du XVIIIe siècle abrita le quartier général du Maréchal Foch lors de la Bataille d’Artois. Il fut donc logique pour le réalisateur français de l’utiliser dans son long métrage. Présenté en sélection officielle hors compétition lors du festival de Cannes l’année de sa sortie, il met en scène la fraternisation de soldats français et allemands le jour de Noël autour d’une partie de football. Ce moment suspendu, comme une trêve, fut découvert par Christian Carion dans le livre de l’historien Yves Buffetaut, Batailles de Flandres et d’Artois 1914-1918. Néanmoins, l’armée française refusa de prêter ses terrains pour le tournage parce qu’elle ne voulait pas relater ce tabou militaire. Pour plus de cohérence, dans le film, chaque camp parle sa langue. Si les Français parlent français, les écossais communiquent en anglais et les Allemands dans la langue de Goethe.

Fort Saganne (Alain Corneau, 1984)

Ruines du Fort Saganne

Désert Adrar, Mauritanie

Dans le film réalisé par Alain Corneau, le spectateur découvre l’histoire de l’officier Charles Saganne (Gérard Depardieu) et de ses troupes combattant les tribus révoltées du Sahara en 1911. Les équipes techniques ont créé de toutes pièces ce décor de forteresse sur la piste de Chinguetti, non loin de la passe d’Amogjar. Attention néanmoins, le ministère des Affaires étrangères met en garde les touristes car la zone est peu sûre. Une mini-série pour France 2 fut déclinée du film, agrémentée de scènes inédites.


Par Anthony Thibault

vendredi 8 novembre 2019

Le conseil d'achat Fantrippers

Cultes! cinéma : 100 lieux mythiques de cinéma

Depuis les frémissements du cinéma, les films ont envahi le monde et mis en valeur des endroits parfois inattendus. Chaque lieu de tournage possède en cela des secrets. Ces derniers sont même parfois aussi passionnants que les longs métrages en eux-même.

Saviez-vous que le cimetière dans lequel se déroule le duel final du Bon, la Brute et le Truand a été construit de toutes pièces et qu’aucun corps n’y repose ? Ou encore que le bus d’Into The Wild a été déplacé afin de dissuader les fans de venir y passer la nuit ? De l’histoire de la construction du Pont de la rivière Kwaï à l’incroyable rencontre lors du tournage de la dernière scène d’Indiana Jones et la dernière croisade, embarquez pour un tour du monde passionnant en compagnie des plus grandes stars du septième art. Frissonnez dans la véritable maison hantée d’Amityville et découvrez les terrifiantes anecdotes de la réalisation d’Apocalypse Now aux Philippines. Visitez l’immeuble de Blade Runner avant de faire étape à Poudlard pour finalement atterrir à Jurassic Park, au beau milieu de l’archipel d’Hawaï. Et si on vous emmenait également dans les coulisses de la fabrication du village des Hobbits du Seigneur des Anneaux ?

Réalisé par une équipe de spécialistes de pop-culture et agrémenté par de nombreuses anecdotes, Cultes! cinéma raconte les secrets des lieux ayant fait l’histoire du cinéma.

L'avis de Fantrippers
Qualité du contenu

Intérêt pour les fans

Rapport qualité/prix

Discutons de cet article

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires